C’était un soir où, comme assez souvent, je matais des sites de cul sur internet. C’est pas que je sois devenu addict, mais il y a une sorte de facilité, de disponibilité là-dedans, qui me plait. Au début, je surfais sur des sites « classiques », des sites de baises hard, et puis au fur et à mesure, j’ai commencé à m’intéresser à des choses plus spéciales, des sites amateurs en particulier. Sur ces sites, on voit que les personnes prennent vraiment leur pied. Bon, c’est sûr, il n’y a pas que des canons, mais c’est aussi ça qui est bandant…

Bref, ce soir-là, je surfais sur mes annuaires habituels, annuaires qui me conduisent toujours vers les nouveautés les plus hards. J’étais déjà bien bien chaud. Une vidéo d’une amatrice qui se fait baiser en forêt, puis la vidéo d’une partouze amateur autour d’une piscine en Allemagne. Ah, on sait s’amuser outre-Rhin ! Je continuais à cliquer au hasard, sur des liens qui m’inspiraient jusqu’à celui-ci « Femme mûre prise par deux routiers ».

Ma collègue fait du porno amateur

J’ai tout de suite reconnu Michèle, ma collègue à la banque. Non, c’est pas possible ! J’hallucine ! Michèle à poil dans la cabine d’un camion, un routier de chaque côté en train de lui sucer les nichons ! Rroohh la cochonne ! Moi qui l’avais toujours cru coincée du cul, limite aimable, j’aurais jamais pensé ça ! Oh mais c’est qu’elle sait s’y prendre la salope, elle suce bien profond. Et puis, elle a des nichons énormes, et un cul encore bien frais ! C’est que ça m’exciterait presque. Oh et puis après tout, merde ! Elle m’excite bien Michèle sur la vidéo…

Pendant qu’elle suce un des routiers, elle se prend la grosse bite de l’autre au fond de la chatte, =et elle a l’air d’aimer ça. Je me branle comme un fou en la regardant se faire limer. Pour finir, les deux mecs lui ont joui sur le visage. A ce moment-là, j’ai joui aussi, comme si j’étais avec eux et je pensais : « Tiens, Michèle, tu veux du foutre ma salope et ben tiens prends ça ». C’était excellent…

Bon, après j’ai presque eu un peu honte. Quand même… Michèle la guichetière ! Le lendemain, quand je l’ai croisé au boulot, je lui ai fait un grand sourire et là, elle m’a lancé un regard étrange (sans doute parce que je ne lui souris jamais d’habitude). J’avais l’impression d’avoir passé la nuit à la baiser et je pensais: « Maintenant, je connais ton secret ma cochonne ! ».