(par Michel) Après cette aventure sous la tente avec le couple mélangiste, il est déjà bien tard. Trop tard pour aller découvrir, comme nous l’avions envisagé d’abord, la fameuse plage naturiste du Cap d’Agde. Tant pis. Allons manger un morceau sur le port et ensuite, nous verrons bien quel club choisir. Nous nous habillons prestement, tout émoustillés à l’idée de découvrir ces lieux si célèbres dans le monde du libertinage. Je choisis une tenue classique, classe mais décontractée, pas si facile que ça à mettre, dans une tente, soit dit en passant. Julie a, quant à elle, opté pour des fringues nettement plus provocatrices : une petite jupe très courte qui laisse tout voir de ses belles cuisses, et un haut au décolleté plongeant, qui pigeonne magnifiquement ses deux beaux seins bien fermes. Notre voisin de tente la reluque sans même chercher à se dissimuler.

La parade libertine

Puis, nous partons vers Port Ambonne, à la quête d’un restaurant où reconstituer nos forces. Nous sommes vite sur les lieux, tenaillés par la faim autant que par la curiosité. Et si nous prenions un verre pour commencer ? Après avoir tourné un long moment, nous trouvons finalement une table libre, à l’entrée d’une des galeries marchandes du club. Nous commandons deux cocktails et regardons autour de nous.

Le spectacle du début de soirée libertine au Cap d’Agde est proprement hallucinant ! C’est une véritable parade de tenues toutes plus osées et provocantes les unes que les autres. Même Julie, dont on voit presque les seins entre les deux pans de tissu de son haut, a l’air d’une nonne à côté des libertines, surtout allemandes, qui passent devant nous. Ici, une nana est vêtue d’une simple résille transparente, qui laisse tout deviner de ses seins, de son cul et même de sa chatte. Là, une autre arbore une petite jupe de cuir, entièrement ouverte derrière, qui exhibe ses fesses rondes à la vue de tous. Même les mecs ont sorti les tenues d’apparat : cowboys queers et policiers lubriques sont de la partie.

Mais les plus impressionnants, parmi ce carnaval joyeux pour adultes, ce début de soirée libertine festif et drôle, ce sont les couples fétichistes, à n’en pas douter. On rivalise d’imagination, là, en plein-air, aux vues et aux sus de tous les passants, pour afficher ses tendances libertines. On montre les cravaches, les fouets, avec un sourire béat aux lèvres qui contraste avec le propos plutôt effrayant.

Avant les clubs échangistes

C’est donc ça une soirée libertine au Cap d’Agde ? Un défilé indécent de toutes les orientations sexuelles, même les plus libérées, même les plus exotiques. Voici que passe une femme, en tenue d’écolière, la jupe ras la touffe, qui tient en laisse son mari. Il la suit docilement, alors que se tournent sur lui tous les regards. Je tourne la tête vers ma dulcinée : elle semble fascinée, peut-être encore plus que moi, par le spectacle qui s’offre à nous. Fascinée, et excitée, à en juger par ses seins qui pointent avec indécence sous le mince tissu de son haut. Je la connais, ma chérie, ses tétons ne mentent pas.

Je pose ma main sur sa cuisse. Sa peau est brûlante. Je connais cette fièvre qui la saisit quand une nouvelle aventure érotique se profile. Allons manger, puis nous choisirons le club dans lequel nous passerons la nuit. C’est un drôle de sentiment d’être entourés de couples tous aussi libérés que nous le sommes. De vivre au rythme d’une ville entière tendue vers le plaisir sexuel. Nous trouvons une table dans un petit restaurant excentré. Julie engloutit son repas à toute vitesse, impatiente qu’elle est de poursuivre la soirée. Je la sens excitée comme rarement. La première soirée libertine au Cap d’Agde promet d’être chaude. Et croyez-moi, elle le sera.

à suivre