(par Michel) Je reprends le récit là où Julie l’a laissé. Nous sommes donc dans le labyrinthe du Glamour, au sous-sol et je suis affairé à lécher le joli minou de ma moitié qui, à en croire les mouvements de plus en plus saccadés de son bassin, apprécie mes caresses buccales. Un couple s’est installé à côté de nous et nous imite. Tout deux semblent plutôt timides. Comment croire que tout cela va finalement aboutir à une orgie des plus épicées ?

Un lieu mythique du libertinage

Alors que je désespère de pouvoir partager un moment avec un autre couple, sans pour autant bouder mon plaisir de goûter à la délicieuse chatte de ma complice de toujours, mon voisin de banquette me tape sur l’épaule : « on échange nos places ? ». Un sourire candide illumine son visage. Je regarde sa femme, une jolie fausse blonde, tout aussi souriante, et cherche une réponse vers ma dulcinée : elle est d’accord. Alors, je prends position entre les cuisses de la fausse blonde, et reprend ma léchouille là où je l’avais laissée (ou presque). Elle aussi semble aimer cette caresse. Je saisis ses seins tout en laissant tournoyer ma langue autour de son clito. Elle est réceptive au même genre de choses que Julie, je ne suis pas trop dépaysé. Si ce n’est qu’elle a de tout petits nichons très pointus qui me rappellent le bonheur de changer souvent de partenaires.

Très vite, elle jouit, sans que je sache très bien si c’est de mon fait ou de celui de son mari qui l’avait préalablement « chauffée ». Puis elle tient à me rendre la pareille. Me voilà donc à genoux au bord de la banquette, au beau milieu du labyrinthe, avec tous les couples qui passent derrière moi, la bite dans la bouche de l’inconnue. Elle me suce bien, la coquine et il faut reconnaître que je suis excité comme jamais après ce début de soirée passé à reluquer les tenues excentriques des libertines du village naturiste. Alors que je caresse les petits seins de ma complice du moment, un couple s’arrête derrière moi pour contempler le spectacle : Julie est encore en train de se faire faire un cunnilingus et la fausse blonde s’affaire sur ma grosse tige.

Jeux mélangistes entre couples

Ni une, ni deux, je lance un coup d’œil derrière moi. Une superbe brune, très fine, très grande, aux allures de top-model, me regarde en train de me faire pomper. Je lance une main en arrière pour caresser ses cuisses. Elle se laisse faire. Entre temps, ma Julie a pris son pied et se retrouve à son tour à tailler une pipe à son lécheur. La foule du labyrinthe du Glamour ne désemplit pas dans mon dos. L’idée d’être ainsi observé ne me fait pas débander, c’est même tout le contraire. J’aperçois même quelques libertines qui s’extasient de la grosseur de mon membre, et j’en suis très flatté.

Cette fois, Julie a fait jouir son partenaire et tout deux reviennent vers nous. « Je n’arrive pas à faire jouir ton mec » lance la fausse blonde à ma chérie. Tu parles ! Rien à voir avec un manque de talent ! Je me retiens de jouir, tout simplement, juste pour faire durer le plaisir aussi longtemps que possible. Sauf que le couple s’en va : ils ont joui tous les deux, ils partent se coucher. Mais j’ai quand même eu bien raison de me garder quelques forces : à côté de nous s’est installée une brune gironde qui roule de langoureuses pelles à son mari. Elle a les seins à l’air et Julie tente sa chance. A peine l’a-t-elle effleurée que la brune se retourne vers elle et l’embrasse à son tour. Le labyrinthe du Glamour n’a pas encore livré tous ses secrets.