S’il y en avait bien une qui n’était pas intéressée par le SM, c’était moi. Et pourtant… Pourtant, c’est bien une expérience SM, soft et ludique, que mon mari et moi avons vécue en compagnie de ce jeune couple bien allumé. Du haut de leurs cinquante ans à eux deux, ils ont su prendre les choses en main.

Jacques et moi sommes libertins depuis toujours, ou presque. Nous fréquentons les clubs échangistes depuis notre rencontre, il y a de ça vingt ans. Autant dire que nous en avons vu de toutes les couleurs, du côté des expériences sexuelles plus ou moins réussies.

Nous étions donc bien loin de nous douter, en filant à ce rendez-vous fixé par ce jeune couple de vingt ans de moins que nous, que nous allions vivre notre toute première expérience SM. D’autant plus que nous n’étions, a priori, pas du tout attirés par ce genre de choses.

Elle, c’est Sam, une jolie blonde, très grande, très fine, avec de jolis nichons haut perchés et plutôt menus. Lui, c’est Damien, un petit brun au look intello, avec un large sourire, le genre à vous mettre en confiance immédiatement. Le genre de couple avec qui on s’attend à vivre une petite scène mélangiste, et basta !

Sauf que, après quelques mots échangés, nous nous sommes vite retrouvés au lit, tous les quatre, tout nus. Sam se montrait très entreprenant avec Jacques comme avec moi. Damien, lui, n’avait pas tardé à enfiler une capote sur sa splendide érection (qui l’eut cru ?) pour me prendre en levrette.

Rien que de très normal, donc, pour un moment entre couples échangistes. Mais c’est pourtant à ce moment précis que notre partie carrée a viré à l’expérience SM. Ce fut d’abord une petite claque sur ma fesse gauche. J’en ai gardé un souvenir très précis : j’ai failli me retourner pour dire à mon baiseur que ce n’était pas mon truc. Mais j’ai laissé faire, finalement.

Et plus la levrette se faisait farouche, plus les claques s’abattaient sur mon postérieur. Et plus la longue queue de Damien me défonçait, plus sa fessée se faisait douloureuse. Le pire, c’est que j’aimais ça. Emportée par un tourbillon inexplicable, j’allais jouir, autant des coups de bite au fond de mon vagin que des énormes baffes qui me brûlaient les fesses.

Je me suis effondrée, à plat ventre sur le lit. Quand j’ai repris mes esprits, j’ai pu voir la pipe gorge profonde qu’offrait Sam à mon homme. Sauf que la jeune blonde avait passé un élastique, le genre chouchou à cheveux, autour des couilles de celui-ci. Elle avait ensuite fait une boucle qui enserrait toute la virilité de Jacques dans l’élastique.

Ainsi comprimée, sa queue était tendue dans la bouche de la jeunette, qui, par ailleurs, maltraitait ses couilles elles-aussi compressées par le chouchou. Mon homme ne fut pas long à jouir, à son tour. Quand elle sentit venir l’éjaculation, Sam recracha la verge de mon homme et dirigea le flot sur le torse viril.

Un air vicieux dans le regard, elle étala consciencieusement le foutre sur le ventre et la poitrine de Jacques, qui semblait perdu : « tu aimes ça, chien, je vais te dresser, moi ». C’est à ce moment que Damien planta sa queue encore dure dans ma bouche. Il avait saisi un de mes tétons, et le maltraitait gentiment tout en m’ordonnant de bien le sucer.

Ça ressemble à ça, une première expérience SM ? La première « session » terminée, le jeune couple reprit un air enjoué. Jacques et moi étions éberlués – mais pas malheureux – de ce qui venait de se produire.

Voyant notre désarroi, Sam choisit d’en remettre une couche. Elle ouvrit l’armoire de la chambre, et sortit un à un les dizaines de jouets BDSM de la collection du jeune couple. Toute la nuit, Sam et Damien nous montrèrent comment nous servir des menottes, du martinet, du paddle et de tous les accessoires de leur panoplie.

Pas un instant je ne regrette pas cette expérience SM, qui est restée, toute la nuit, soft et ludique, et qui m’a juste donné envie d’aller plus loin. C’est ce dont je voulais témoigner ici.