Chose promise, chose due, il faut que je vous raconte l’épisode de la douche collective qui a suivi notre apéro très chaud. Nous sommes tous les quatre nus, essayant de reprendre nos esprits après avoir bien joui. Une douche s’impose. Nous filons à la salle de bains et nous nous serrons les uns contre les autres dans la petite cabine.

Deux couples sous la douche

Les corps sont collés les uns aux autres, la douche renforce l’impression de moiteur. Déjà, Manu s’applique à bien savonner Chantal, en insistant sur son énorme poitrine. Gérard est plaqué derrière moi, coincé entre le mur et mon corps tout trempé. Il me passe du gel douche sur les épaules, le ventre, les seins, les cuisses, la chatte. Mais je ne rêve pas, c’est une gaule monumentale que je sens contre mon dos. Il a la forme papy !

Gérard se fait de plus en plus entreprenant. Pourquoi se gênerait-il ? Manu a déjà englouti les beaux nibards de Chantal dans sa bouche. Par quelques génuflexions, il a réussi à faire glisser sa queue dans le sillon de mes fesses. Ma raie est pleine de savon, il va et vient et ça glisse parfaitement. J’adore la sensation de l’eau qui coule sur mon corps, mêlée aux caresses de mon amant d’un soir. J’ai l’impression que sa queue est énorme entre mes fesses. Pourtant, je sais que Manu est mieux doté. Mais peut-être que l’excitation a exercé un pouvoir particulier sur son sexe. Ou sur mon imagination.

Partie carrée dans la salle de bain

Manu et Chantal quittent la cabine de douche. Chantal n’hésite pas, elle est déjà à quatre pattes sur le tapis de sol, tandis que mon homme fonce vers l’armoire à pharmacie pour y prendre une capote. Je lui fais signe que ça pourrait nous être utile également. Gérard a passé sa queue entre mes cuisses, sa tige coulisse à proximité de mes lèvres et son gland chatouille de temps à autre mon clito gonflé.

Après quelques caresses et léchouilles pendant qu’il enfile son préservatif, Manu entreprend Chantal en levrette. Ça m’excite comme une folle de voir mon homme pénétrer une autre femme, d’autant plus que les caresses de la queue de Gérard sur mon sexe m’émoustillent au plus haut point. Lui aussi d’ailleurs. Il attrape la capote que Manu a laissé sur le rebord de la douche. Je vais me faire baiser tout en mattant mon chéri. J’adore !

Je prends appui comme je peux, pendant que Gérard, encapoté, se place derrière moi. Nous sommes debout sous cette douche qui coule toujours sur nos corps. Il place sa queue entre mes cuisses et cherche du gland ma petite chatte brûlante. Il est un peu moins dur que tout à l’heure. Pas de panique ! La pose du préservatif a souvent cet effet sur ces messieurs. Je saisis son sexe d’une main et lui rend sa vigueur. Il a envie de mon minou et retrouve sa dureté très vite.

Sodomie dans la salle de bain

Mais j’ai une autre idée derrière la tête. Peut-être est-ce mon cul tout glissant de gel douche qui m’a fait penser à ça. J’ai envie qu’il me sodomise. Je guide sa verge vers mon petit trou. Il comprend vite et appuie son gland tout contre. Je m’ouvre facilement et, malgré la position inconfortable, il parvient à entrer tout entier en moi.

Fiché au plus profond, Gérard fait une pause. Il est intelligent, il sait que j’ai besoin de m’habituer à sa virilité dans mon cul. Mon anus s’est ouvert facilement, mais je suis tout de même loin d’être une pro de la sodomie. Il commence par de petits coups de reins qui me rendent toute chose. Je le sens qui halète dans mon cou, une main sur un sein, l’autre qui me saisit la hanche. Ses mouvements deviennent plus lents et plus amples, tandis que je reluque Manu qui baise Chantal avec enthousiasme. Ses gros seins un peu tombants bougent en cadence.

Je me retourne parfois vers mon enculeur et par un miracle de souplesse que je ne soupçonnais pas, j’arrive à l’embrasser à pleine bouche. Il m’encule maintenant comme un sauvage, tandis que ses doigts agacent avec habileté mon clito. Je manque de tomber plusieurs fois.

C’est en pâmoison que tombe quant à elle Chantal qui jouit bruyamment dans cette pièce qui résonne terriblement. Elle hurle comme une damnée, je n’ai jamais entendu ça. Et pourtant, personne ne l’égorge. La scène est d’autant plus chaude que la queue de Gérard en moi me procure des sensations terribles. Chantal s’extirpe de l’emprise de mon chéri et se retourne pour une turlutte salvatrice. Car il était temps, Manu éjacule quasiment instantanément dans la bouche de cette coquine. Je prends moi aussi mon pied.

Mon chéri me regarde me faire enculer

Mais j’en veux encore. Et Gérard aussi. Il beugle son plaisir à mes oreilles tout en me limant comme je pensais qu’il n’était pas possible. Jamais je n’aurais cru pouvoir supporter une sodomie aussi vigoureuse. Quand Chantal et Manu reprennent leurs esprits, ils assistent incrédules à la scène. Ils me regardent tous les deux dans les yeux, comme s’ils cherchaient dans mon âme quel sentiments, quelles sensations dominent en moi. Je jouis une deuxième fois, manquant de tomber sur le sol glissant de la cabine de douche.

Chantal se lève, elle qui était restée interdite sur le tapis de sol, et prend position près de son mari. Je devine à ses gestes qu’elle lui caresse les couilles. L’imitant, Manu s’approche de moi, et me soutient pour m’éviter la chute. Il titille mes tétons du bout des lèvres. C’est pas vrai ! Je vais encore partir ! Les coups de reins de Gérard se font de plus en plus violents, j’ai l’impression qu’il va me déchirer, mais j’en redemande.

Flanqués de nos deux « assistants », nous prenons tout deux un plaisir extrême. Je sens sa queue qui durcit encore dans mon cul. Il va jouir, et moi aussi. Lui d’abord : ses soubresauts me défoncent littéralement. Ses mouvements désordonnés l’ont éjecté de moi après son orgasme, mais Manu, en amant parfait, a compris ma situation, il coince mon clito avec deux doigts, et, d’une branlette parfaite, parvient à ne pas laisser retomber mon excitation. Et me voilà qui gesticule comme une folle furieuse, soutenue par les trois compères, Manu, Gérard et Chantal…

Quatre orgasmes dans la soirée, il faut que je me calme. C’était samedi dernier, j’espère que ce week-end sera aussi chaud.