J’ai revu Sabine ce week-end. Ma fille fêtait ses 21 ans en même temps qu’une de ses amies. Les parents de celle-ci leur avaient laissé organiser ça dans leur propriété, superbe maison au bord d’un lac. En plus, il faisait un temps magnifique, ça tombait bien. Ma femme et moi, nous devions juste passer faire un tour….

Les jeunes étaient allongés au bord du lac, à discuter et à rire, certains se baignaient, c’était un vrai bonheur. Ma femme est partie aider la mère de l’amie de Léa et moi je profitais du beau temps, quand d’un coup je suis tombé sur Sabine. Mon sang n’a fait qu’un tour. La belle rouquine sortait de l’eau en bikini, l’eau perlait sur ses taches de rousseur, les gouttes roulaient sur ses courbes, ses seins m’ont sautés aux yeux.

« Bonjour ! » me dit-elle avec un large sourire. « Léa m’avait dit que vous passeriez, je suis contente de vous voir ». « Moi aussi, moi aussi » bafouillais-je.

« C’est un endroit magnifique, vous voulez que je vous fasse visiter les alentours ? » . Son air coquin en disait long sur ses intentions. Je n’ai pas pu lui résister. Elle m’a emmené a travers les bosquets de fleurs et nous nous sommes enfoncés dans le bois. Nous avons débouché de l’autre côté sur une petite crique isolée au bord du lac.

« J’ai beaucoup pensé à vous » m’a-t-elle dit en s’asseyant sur l’herbe. Et là, ne pouvant pas me retenir, je l’ai embrassé fougueusement. Je sentais sa langue fouiller ma bouche, pendant que j’avais déjà une main sur ses seins généreux. Je les ai libérés du bikini et je les ai bouffés comme un mort de faim. Sabine a sorti ma queue et a commencé à me branler doucement. J’étais excité comme un ado qui découvrait les joies du sexe pour la première fois.

Je l’ai allongée sur le dos et j’ai retiré sa culotte. Sa petite chatte rose et lisse dégoulinait de mouille. J’ai écarté ses cuisses puis je l’ai léchée avec délice. Elle sentait bon, j’étais totalement enivré par son parfum. Elle gémissait sous mes coups de langue comme une petite salope sans complexes. Puis, elle s’est relevée et a entrepris de s’occuper de ma queue. Elle l’a d’abord regardée puis elle l’a léchée de tout son long. « Vous avez une belle bite Monsieur » m’a-t-elle dit avec de se l’enfourner jusqu’à la garde. Elle pompait délicieusement. On aurait dit qu’elle avait fait ça toute sa vie. Ses joues se creusaient sur mon membre pendant que je sentais la plaisir monter. Ses va-et-vient se sont faits plus pressants et là j’ai déchargé mon foutre dans sa bouche. Elle a tout avalé, elle semblait n’attendre que ça.

Ensuite, nous nous sommes rhabillés et avons rejoint les autres. La petite coquine guillerette est allée à la rencontre de mon épouse pour la saluer, et là j’ai pensé qu’elle avait encore le goût de mon sperme dans la bouche. Cette rouquine était en train de me faire perdre pied.