Qu’est-ce que je suis donc venue faire dans cette galère ? Je suis affreusement gênée. Et pourtant, un je-ne-sais-quoi me procure une douce chaleur dans la poitrine, et des picotements dans le ventre. Il est clair que le couple s’amuse de mon étonnement et de ma gêne.Et Amanda de poser négligemment une main sur ma cuisse, tout en se baissant pour attraper un petit-four.

Ben tiens, tant qu’on y est : Cédric l’imite, sur l’autre cuisse. Sauf qu’évidemment, une fois redressés, les deux libertins ne retirent pas leur main. Bien au contraire. Leurs doigts ont même plutôt tendance à se promener sur ma cuisse. Dans la grande glace en face de nous, je peux admirer le tableau. Et je dois bien le reconnaître, j’ai même tendance à trouver notre trio érotique. Furieusement érotique, même.

Cette fois, c’est ma dernière chance. Si je veux m’échapper – encore faudrait-il que je le veuille – c’est maintenant ou jamais. Au lieu de ça, je pose à mon tour ma main gauche sur la cuisse, toute aussi dénudée que la mienne, d’Amanda, et la droite sur le pantalon de Cédric.

Sauf que, évidemment, un peu émue et troublée par la situation, je vise trop haut, et arrive directement à l’entrejambe du mec de ma collègue. Mais, c’est pas possible, ce gars est membré comme un taureau ! Je le sens sous ma main, il bande très fort déjà, sans doute excité comme moi par l’image de notre trio érotique qui se reflète dans le miroir en face de nous.

Certes, je n’ai pas fait exprès de m’en prendre directement à son intimité, mais je ne veux pas passer pour une fille trop candide. Alors, je me mets à le masser, à travers le tissu du pantalon. Amanda quitte un instant ma cuisse, laissant à son homme la possibilité de grimper encore d’un étage, jusqu’à mon minou. Et ma collègue se met à m’embrasser dans le cou.

J’adore ce genre de baisers. Il faut qu’elle arrête, sinon je ne réponds plus de moi. Mais qu’est-ce que je dis ? C’est exactement ce qu’elle veut, que je ne réponde plus de moi. Et de toute façon, il est trop tard : Cédric est en train d’ouvrir sa braguette. Il y plonge la main pour en ressortir une bite comme rarement je n’en ai vu jusque là.

Son membre est énorme, raide comme la justice. Je suis perdue. Sans qu’il ait besoin de me le demander, je plonge en piqué vers le superbe engin, et l’engloutit dans ma bouche d’une traite. Amanda soulève ma jupe, me fait lever le bassin, juste le temps de retirer mon string et, comme pour m’imiter, plonge à son tour entre mes cuisses.

J’ai la bite du mec de ma collègue dans la bouche, et la langue de celle-ci qui me chatouille le clitoris. Un petit coup d’œil à gauche, histoire de nous zyeuter dans la glace. Quel magnifique trio érotique nous formons. Et le simple fait d’être au centre de ce tableau pervers me met dans tous mes états.

Et Amanda qui me lèche. C’est la première fois qu’une fille me fait ça. Est-ce que parce que c’est une femme, ou parce que c’est elle, mais c’est meilleur que d’habitude. Et mieux elle me lèche, plus j’enfonce le pieu monumental de son homme dans ma gorge.

Au bord de l’extase, nous décidons, Cédric et moi, de faire une pause, et de transporter notre trio érotique dans la chambre, où nous allons bientôt faire l’amour à trois, une bonne partie de la nuit.